r 20 kilomètres de Paris - Le compte rendu - Mon Semi
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

20 kilomètres de Paris - Le compte rendu

Publié le par Run-O

20 kilomètres de Paris - Le compte rendu

L'avant course

 

Une fois n’est pas coutume, un petit compte rendu de la course du week-end à savoir les 20km de Paris. Cette course n’était pas prévue dans mon planning initial mais ayant gagné un dossard via Running Heroes, j’ai profité d’un déplacement à Paris pour y participer.

La préparation n’a pas été optimale, j’ai accumulé les petits bobos et des horaires professionnels compliqués. Seulement 3 semaines après mon premier semi, je n’étais pas totalement remis, loin de là.

Je suis arrivé à Paris jeudi matin, en n’ayant pas couru de la semaine. N’étant pas venu depuis plusieurs mois, mes soirées n’ont pas été de tout repos. J’avais vraiment beaucoup de monde à voir en 3 jours. Même si j’ai essayé de rester raisonnable, il est difficile de refuser une petite bière, un bon verre de vin ou pire quelques coupes de Ruinart. A côté j’ai tout de même essayé de faire un petit effort sur l’alimentation. Je ne parle pas de bien manger, mais déjà de manger tout simplement.

Le samedi matin, je me suis rendu au village de la course, pour récupérer mon dossard. L’avantage d’un dossard partenaire, c’est que on ne fait pas la queue, ni pour le dossard ni pour le t-shirt remis en temps, contrairement aux dossards classiques où l’on doit faire la galérer une seconde fois. Me voilà donc en possession du joli dossard 34706 et de 4 épingles récupérées sur place. Je précise cela car j’ai vu de nombreuses critiques sur le fait qu’il n’y avait pas d’épingle. Pour moi il y avait 3 grosses boites … Le soucis vient donc peut être plus de l’abus de certains coureur que de l’organisation. Le village est un peu mort, et si vous ne faites pas parti de la ‘Team Mizuno’, on ne vous accorde que très peu d’importance. Même chez Running Heroes, juste un petit bonjour. Heureusement que l’équipe Squad Runner, elle, était très cordiale et conviviale avec une grosse touche tendresse en la présence de Boogie

Boogie, le chien mascotte de SquadRunner ...


Je reviendrais d’ailleurs sur cette application, lorsque j’en aurais fait un peu plus le tour.

Avant d’aller récupérer mon dossard, j’étais allé me dérouiller les jambes avec une petite sortie d’un peu plus de 6km bien compliquée et assez douloureuse. Pas de bonne augure pour la suite. Non, je ne suis pas en train de me chercher des excuses pour la suite de ce compte rendu !


Le soir je me suis couché assez tard, vers 1h30 mais de toute façon je n’ai quasiment pas dormis de la nuit. Le réveil à 6h fut assez brutal. Petit déjeuner léger : Biscotte beurrées, café, jus d’orange et un peu de Yop Citron, qui à peu prêt le seul aliment sucré que j’arrive à avaler.

Vers 8h15 je me suis dirigé vers le village, dont l’accès était réservé. J’ai été assez surpris de ne pouvoir y accéder alors qu’un ami m’ayant rejoint avec un dossard identique au mien avait bien le bracelet sésame pour entrer. Ce n’est pas très grave mais ça ajoute un peu sectarisme que j’avais déjà un peu relevé la veille.

Après avoir souhaité bonne course à mon ami, qui ne joue pas dans la même cours que moi : objectif 1h21 … ça laisse rêveur, je pars m’échauffer. 15 minutes à alterner course/marche sur des fractions de plus en plus longues. Je décide de remonter à mon appartement situé à une rue du départ pour laisser mes affaires, plutôt que d’aller à la consigne qui est bien chargée, puis je reprends mon échauffement, avec 8 minutes de footing pour rejoindre mon sas : 1h45 - 1h54.

Je regrette de ne pas avoir choisi le 1h35-1h44 car avec un objectif de 1h45, j’ai peur de ne pouvoir me mettre à l’allure désirée rapidement.

Les SAS

 

Bon, les sas : Il faut en parler ! Alors la bonne nouvelle : Il y a des sas par objectif de temps pour la première fois. C’est déjà une très bonne nouvelle. Mais côté organisation, je pense qu’il va falloir vraiment travailler ce point :

 

  • Très difficile d’identifier où se trouve l’entrée du sas. J’ai vu beaucoup de monde repartir après avoir fait la queue 15 minutes et se rendre compte qu’ils n’étaient pas dans le bon.

  • L’entrée était bien trop petite pour faire entrer les 5000 coureurs minimum par sas. J’étais dans les premiers et j’ai tout de même attendu plus de 15 minutes juste pour passer la grille.

  • Les premiers devaient partir à 10h. Sachant que nous étions dans le 4e sas, et que chaque sas partait espacé de 10 minutes, il aurait peut être été plus simple de nous faire rentrer à 10h ou 10h15 qu’à 9h30. Au final, nous sommes resté presque 1h sur place à se geler les miches, à perdre tout l’intérêt de nos échauffements.

  • Les meneurs d’allure : Là je n’ai pas compris. Nous avions le meneur 1h55 devant nous. Dans le sas 1h45 / 1h54 … En revanche pas de meneur 1h45 en vue. Il devait être dans le sas précédent. C’est bien dommage tout de même. Je n’avais pas l’intention de le suivre, mais il aurait été utile de le mettre dans le bon sas, non ?

  • Dernier point, non lié à l’organisation : Le respect des objectifs. Dans les 2 sens, il y avait des coureurs qui n’avaient rien à faire là. J’en reparlerais plus tard avec quelques exemples.

Franchement, on ressemble un peu à des poules en cage ...

La Course

Après de longues attentes, nous partons enfin à 10h30. Je passerais la ligne de départ à 10h33. Comme souvent en début de course cela va trop lentement. OK ça monte, et on est tous gelés mais tout de même il ne faut pas exagérer. J’ai passé le premier kilomètre à doubler dans tous les sens, en essayant de ne pas bousculer les gens. J’ai donc du être un des plus rapide sur ce premier kilomètre car on ne pouvait guère aller plus vite, et je passe le premier kilomètre en 5:50. Bon, déjà 35 secondes dans la tête sur le premier km, va falloir s’activer un peu.

 

Les premiers kilomètres sont difficile. Je sens qu’il me manque un bon échauffement. Les premières douleurs apparaissent vers le 3e, je commence à douter un peu. J’ai l’habitude de ces douleurs sur les premiers kilomètres mais à chaque fois elles paraissent plus fortes que dans les souvenirs. Je sers les dents, car je sais également qu’elles vont disparaître à force.

 

Je passe le 5e en 27:09. 5:26/km : C’est loin, très loin de mon objectif. J’ai déjà un décalage entre ma distance montre et la distance officiel. Ça devient donc difficile de savoir où se situer.

 

Vers le 6e les douleurs commencent enfin à disparaître et je me sens un peu mieux. Je tourne les kilomètres autour de 5:10/5:15 à ma montre, mais en arrivant au 10km GPS, je suis loin des 10km officiels. Je fais un lap manuel afin de repartir sur de bonnes base. J’ai 40 secondes de différences entre les 2. C’est tout de même beaucoup. J’étais à 53:09 d’après ma montre mais en réalité, je suis à 53:50 … Ça veut dire 51 minutes sur le deuxième 10km, si je veux passer sous les 1h45. Ça devient compliqué, sachant que mon record au 10km est de 50:42.

 

J’accélère encore un peu, mais j’essaye de rester raisonnable. Je fais les 5 kilomètres me séparant du 15e en 25:15. Là c’est plus rapide que mon record sur 10km, mais je me sens bien. je passe le 15e en 1h19 et 5 secondes mais là encore j’ai un nouveau décalage avec ma montre. Un bonne vingtaine de secondes (en officiel, je passe le 15e en 1h19 et 27 secondes)

Donc en vrai, j’ai mis 25:37 pour faire ces 5 kilomètres, ce qui est mieux qu’au début mais pas assez rapide pour rattraper mon retard.

 

On peut me voir en arrière plan, avec le t-shirt vert/gris juste devant la moto

Donc voilà : Le calcul est assez simple, Je dois refaire ce dernier 5km dans le même temps que celui que je viens de faire. Seulement, cela commence à devenir difficile.

 

Je fais le 16e, 17e et 18e un peu en souffrance. Chaque pont me casse les jambes. Les montées sont dures, et les descentes ne me permettent pas de rattraper le temps perdu. Le fait de traverser le pont Royal, est tout de même un gros soulagement. J’ai trouvé la partie entre le pont d’Iena et le Louvre vraiment longue et fastidieuse. D’ailleurs je n’étais pas le seul, les gens autour de moi semblaient exténués. Je me faisais peu doubler, et je doublais encore, cela m’a permis de conserver ma motivation. Au 18e j’ai refais un lap manuel pour me recaler et suivre les allures des 2 derniers kilomètres correctement. Franchement, j’étais mort. J’ai essayé d'accélérer mais j’ai vite senti que ça n’allait pas le faire. Je fais le 19e en 5:10, donc malgré mon effort supplémentaire, je suis resté à la même allure. Il ne reste plus qu’un kilomètre, ce n’est rien. Après tout j’ai fais 19km, la dernière montée pour revenir sur le Quai Branly casse vraiment mais on sert les dents, il ne reste plus que 500m. J’accélère mais je n’ai plus le jus pour sprinter. 5:01 sur le dernier kilomètre avec une “pointe” à 4:38 sur la fin.

 

1h45 et 37 secondes

 

Le Bilan

Je reste un peu circonspect devant ce temps. Après tout c’est pas mal, puisque c’est à quelques secondes la projection de temps de mon semi. Mon chrono est donc confirmé, d’autant plus que l’on ne peut pas parler de parcours roulant et que je n’étais pas parfaitement préparé. Malgré tout je suis à 38 secondes de mon chrono espéré. Ce n’est pas rien tout de même.

En très positif, il faut retenir la progression en 1 an :

  • 4 octobre 2014 : Odyssea Paris : 10km en 55:05, soit un peu plus de 5:30 au kilomètre.
  • 11 octobre 2015 : 20km de Paris en 01:45:37 soit un peu moins de 5:17 au kilomètre.

En un an, j’ai gagné plus de 15 secondes au kilomètre en doublant la distance. En projection, en 2014 j’aurais été autour de 1h55.

 

En plus négatif :

En avril 2015, il y a donc 6 mois, j’ai battu mon record sur 10km en 50:42.

Sur le site de prévision que j’utilise, et que je trouve assez fiable j’ai en temps équivalent sur 20km 1h45 minutes et 36 secondes. Soit exactement mon temps ! Ce qui signifie que j’ai guère progressé en vitesse sur ce laps de temps, même si je pense avoir pas mal progressé en endurance car à cette époque je ne pensais même pas pouvoir courir plus de 15km.

 

L’après course

Je sais qu’il est facile de critiquer l’organisation mais j’ai été assez déçu. Déjà on doit pas mal marcher avant d’arriver au ravitaillement. Et là on a le droit à juste une petite bouteille d’eau. Pas deux, non une ! Avec toutes les bouteilles gâchées sur les ravitaillements intermédiaires, je trouve cela dommage. Pourquoi ne pas donner des verres, ce qui éviterait le gaspillage et distribuer plus de bouteilles à l’arrivée. Franchement, 25cl de flotte c’est un peu juste, surtout que je n’ai pas trouvé de fontaine par la suite. Heureusement que j’avais un appart pas loin (5e sans ascenseur après 20km ca fait mal !)

Pas grand chose à dire sur l’après course. Mes quelques tentatives de discussion m’ont laissées sur l’impression général d’inhumanité de cette course. Ce n’était pas une course horrible, non loin de là. Le parcours quoique difficile reste très agréable, le paysage est magnifique et le soleil nous gratifié de sa présence. Mais vraiment les courses de provinces sont tellement plus conviviales.

Je l’ai fais, je suis content de l’avoir fait, mais je ne pense que j’y retournerais ou alors pour accompagner quelqu’un. Ma prochaine grosse course sera le Semi de Paris avec un sub’ 1h50 en ligne de mire. ASO Challenge a été très réactif et m'a changé rapidement de sas. Je passe du SAS Gris (plus de 2h) au sas Violet (1h45 à 1h55)

 

Mon nouveau dossard est le 24229

 
 

Ma course sur Strava

Commenter cet article